Nouveau À contre-courant, Et si nos enfants apprenaient à vivre libres... Agrandir l'image

À contre-courant, Et si nos enfants apprenaient à vivre libres...

Nouveau produit

Attention, livre en précommande, parution courant mai, toute commande incluant ce livre en précommande sera mise de côté et expédiée au moment de la parution du titre précommandé.

Plus de détails

15,00 €

Ajouter à ma liste d'envies

Vous devez être connecté à votre compte client

En savoir plus

Et si nos enfants apprenaient à vivre libres… Mariane Fayet-Monnier s’appuie sur son expérience personnelle pour analyser avec simplicité et humilité, dans un style plaisant, le parcours fait de questionnements, de doutes, d’inquiétudes parfois, qui l’a conduite à faire le choix du unschooling pour ses enfants. Depuis les balbutiements du début aux convictions enthousiastes acquises au fil du temps, tout y est pour se faire une idée du unschooling, de ses enjeux et de sa mise en place au quotidien. Nourri de nombreuses lectures et de citations inspirantes d’auteurs ayant écrit sur ces sujets ( Jean-Pierre Lepri, Alfie Kohn, John Holt, Maria Montessori…), son témoignage nous invite à repenser le projet éducatif en termes de liberté, d’autonomie et de bienveillance en plaçant les apprentissages informels au cœur de la vie des enfants et de la famille.

___

Née à Lyon en 1975, Mariane Fayet-Monnier a passé plus de dix ans au sein de l’Éducation Nationale en tant qu’enseignante en lettres modernes en collège et en lycée. Devenue mère de deux garçons, elle a fait le choix de se tourner vers des méthodes d’éducation alternatives avant de découvrir le unschooling. Chaque jour et avec bonheur, elle accompagne désormais ses enfants dans l’apprentissage d’une liberté qui ouvre des voies insoupçonnées vers le savoir, la culture et la volonté enthousiaste de découvrir le monde et les autres.

Pour beaucoup d’élèves scolarisés, leur perspective est, depuis déjà quelques années, dessinée. Tandis qu’une année scolaire succède à une autre, qu’une saison en bouscule une autre, ils avancent, franchissent des caps, réussissent et échouent parfois, surmontent des épreuves, promettent le meilleur, déçoivent de temps en temps, et grandissent. [...]
Nos enfants qui vivent en unschooling n’ont pas de voie tracée. Nous avons dit que nous voulions privilégier la vraie vie : celle qui prépare à demain ; celle qui donne assez de force pour se sentir libre ; celle qui rend aimant, ému, bavard, bruyant, rêveur et volontaire ; celle qui apprend à lutter, à s’indigner, à résister et à crier sa colère ; celle qui montre comment on respecte la différence, la fragilité, la douleur, le sentiment et l’émotion ; celle qui enseigne comment on protège, comment on console, comment on réchauffe et comment on s’engage ; celle qui dit qu’il faut tolérer, écouter, discuter, défendre et réfléchir.